NEWS

  • Morningstar attribue 5 étoiles***** au Cadmos Swiss Engagement Fund, classé 1er de sa catégorie

    La stratégie innovante Buy & Care®, développée depuis 10 ans par la société genevoise de Pury Pictet Turrettini & Cie, semble porter ses fruits également sur le marché suisse. Cette stratégie basée sur l’analyse financière traditionnelle, intègre par un dialogue actionnarial actif la dimension de la responsabilité sociale.

    La gestion de ce compartiment a été confiée à Alexandre Stucki Investment Management, qui grâce à son excellente connaissance du marché Suisse, a réussi en 3 ans à générer une performance cumulée de 27.6%. Affichant une surperformance de plus de 10% par rapport à l’indice SPI Total Return, Morningstar le classe premier de sa catégorie.

     

  • « Die Zeit für eine neue Form des Aktionärsengagements ist gekommen. » Nachhaltiges Investment Schweiz 2017

    Vor mehr als einem Jahrhundert hat Schumpeter gesagt, dass der Kapitalismus irgendwann verschwinden könnte, weil es
    keine Aktionäre mehr gäbe! Passive Anlagen, Hochfrequenzhandel und vom Grossteil der Anleger nicht ausgeübte Stimmrechte gefährden die Legitimität des freien Kapitalismus. Die zehnjährige Geschichte von Cadmos ermutigt dagegen dazu, den Aktionären eine Stimme und ein Gesicht zu geben, um so eine nachhaltige Globalisierung zu unterstützen.

  • « Cadmos Funds – Engagement, der Schlüssel zum Erfolg ». Nachhaltiges Investment Schweiz 2017

    Die Anlagestrategie Buy & Care® verbindet herkömmliche Finanzanalyse mit Aktionärsengagement und integriert ökologische, soziale und unternehmerische Kriterien (ESG).

  • « Forum – Radio Suisse Romande La 1ère ». 5 décembre 2015, 7min.

    Intervention de Dominique Habegger sur les liens entre les risques climatiques et les risques financiers dans le contexte des négociations de la COP21 à Paris.

CONFERENCES

Événement Impact Investing – Donner un sens à son patrimoine

Le 12 mai 2017, Debiopharm a accueilli dans ses locaux un événement inédit qui regroupait divers acteurs de pointe de l’investissement responsable. Co-organisé par de Pury Pictet Turrettini & Cie (PPT) et Impact Finance, parrainé par « Partners for Sustainability », il avait pour objectif de démontrer, par l’exemple concret de la filière du cacao, qu’il est possible d’investir selon ses valeurs et de concilier responsabilité et rentabilité.

Melchior de Muralt, associé gérant de PPT, a souhaité la bienvenue aux près de 50 participants et a présenté le programme du jour. 

Après une introduction sur les avancées de l’investissement responsable par Francis Mathieu, Fellow du « Center for Sustainable Finance and Private Wealth », de l’université de Zurich, Melchior de Muralt a mis en avant divers solutions d’investissements qui parviennent depuis de nombreuses années à générer des rendements intéressants tout en délivrant un impact tangible. Une des solutions mentionnée, le fonds en actions suisses Cadmos Swiss Engagement Fund est classé meilleur fonds de sa catégorie par Mornigstar qui lui attribue ainsi logiquement ses fameuses 5 étoiles.

Dominique Habegger a présenté les résultats de l’engagement actionnarial mené avec une entreprise emblématique et qui fait partie de ce Fonds depuis son lancement – Lindt & Sprüngli. Les multiples dialogues menés depuis 2014 entre les instances dirigeantes de l’entreprise, le gérant du Fonds et nos experts ont toujours été très productifs. Monsieur Habegger a démontré que certaines améliorations du « Supplier Code of Conduct » de Lindt & Sprüngli publiées en 2016 correspondaient en tous points aux recommandations formulées deux ans plus tôt par Cadmos. Même si l’entreprise n’est pas encore irréprochable concernant la traçabilité et le respect des droits de l’homme – comme la plupart des multinationales actives dans le chocolat – cet exemple démontrait  que les actionnaires peuvent malgré tout exercer une influence positive et efficace.

Benjamin Firmenich, co-fondateur d’Impact Finance, présentait lui un autre modèle d’investissement, qui soutien davantage des petites et moyennes entreprises. Ce Fonds d’impact constitué de dettes privées, investit notamment dans des coopératives pionnières actives dans la chaine de valeur de l’alimentation et de l’agriculture. Actif en Amérique latine mais également en Asie et en Europe depuis plus de 7 ans, ils ont déjà investis plus de $92 mio. dans plus de 185 opérations avec des emprunts d’environ $ 800k à 9.5% pour 2 ans. Actuellement le Fonds Impact Finance soutien 38 entreprises dont Ethiquable, une coopérative agricole au service d’un commerce équitable exigeant et innovant.

Christophe Eberhart, co-fondateur d’Ethiquable a décrit son entreprise qui a généré en 2016 un chiffre d’affaire de € 32 mio principalement avec du chocolat mais aussi avec du café et du thé. Ethiquable garantit notamment à ses producteurs « bio » un prix d’achat minimum. Outre l’avantage de permettre une subsistance digne, Ethiquable permet le maintien d’exploitations qui avec la baisse actuelle des cours de près de 40% devraient sinon faire face à de grandes difficultés.

En conclusion, Melchior de Muralt est revenu sur le bien-fondé et la légitimité du dialogue actionnarial avec des multinationales qui souvent contrôlent un marché. Faire progresser – même marginalement et lentement – ces géants, permet de générer des impacts substantiels sur le terrain. Investir dans « Ethiquable » correspond à une démarche différente, davantage destinée à soutenir des entreprises pionnières qui redéfinissent les meilleures pratiques. Les deux investissements sont parfaitement complémentaires d’un point de vue du risque et du rendement. En revanche, nous constatons un cumul vertueux au niveau de l’impact – faire progresser les acteurs influents et donner du pouvoir aux acteurs innovants. Nous avons de plus un intérêt économique à faire en sorte que Lindt & Sprüngli et Equitable puissent profiter de leurs expertises respectives. C’est effectivement ce que Cadmos entreprend aujourd’hui, susciter des partenariats win-win entre des multinationales performantes et des entreprises sociales innovantes.

The Graduate Institute Geneva – The Future of Development Finance

Melchior de Muralt, associé gérant de de Pury Pictet Turrettini & Co. Ltd et membre du conseil d’administration de Blue Orchard Finance S.A. a participé le 21 mars dernier à une conférence organisée par le Graduate Institute’s Centre for Finance and Development et la Banque mondiale – Bureaux de Genève. Conjointement, ils ont lancé une nouvelle série d’événement sur la réalité de la finance du développement.

Les défis auxquels les pays à faible revenu font face dans un monde globalisé ainsi que les besoins en solutions innovantes pour la finance du développement ont été abordés lors de cette deuxième table-ronde. Melchior de Muralt a en particulier adressé les opportunités et les enjeux auxquels les investisseurs d’impact (impact investors) font face pour investir avec succès dans les pays en développement ou frontières.

Axel van Trotsenburg, Vice-Président Development Finance de la Banque mondiale, Marie-Ange Saraka-Yao, Directrice, « Resource Mobilisation and Private Sector Partnerships » du GAVI Alliance ainsi qu’Ewen Macleod, « Head of the Policy Development and Evaluation Service » de L’agence des Nation Unies pour les réfugiés(UNHCR) ont participé à cette discussion, modérée par Nadia Isler, Director, SDG Lab, Office of the Director-General, du Bureau des Nations Unies de Genève.

Déjeuner présentation chez PPT – Impact Finance

Le 21 février dernier, PPT a organisé dans ses locaux un déjeuner / présentation du fonds Impact Finance. Cédric Lombard et Benjamin Firmenich, fondateurs d’Impact Finance ont présenté ce fonds d’impact pionnier lancé il y a 7ans. Il s’agit essentiellement de dettes privées dans des petites et moyennes entreprises ou coopératives établies et actives dans la chaine de valeur de l’alimentation et de l’agriculture mais aussi des énergies renouvelables et de la microfinance. Le fonds investit principalement en Amérique latine mais également en Asie et en Europe.

Ils étaient accompagnés par Félix Marin en visite à Genève et président de la Coopérative agraire cafetière Hemalu du Bois des Incas (Coopchebi) au Pérou. Cette coopérative produit un café bio dont le succès est impressionnant. Sa croissance est financée par le fonds Impact Finance.

Ce fonds démontre qu’il est possible de générer un rendement supérieur et de contribuer à un impact social et environnemental mesurable.

Événement institutionnel avec Geberit – Fonds d’engagement Cadmos

Transformer les défis sociaux et environnementaux en avantage compétitif – L’exemple de GEBERIT

Albert Baehny, président de Geberit, a fait le déplacement depuis Jona pour participer à l’événement organisé par les fonds d’engagement Cadmos à Genève, afin de célébrer, notamment, la première année du fonds Cadmos Swiss Engagement Fund. En 2014, Albert Baehny a personnellement participé au dialogue actionnarial que le fonds engage avec toutes les sociétés sous-jacentes. Alexandre Stucki, gérant du fonds Cadmos Swiss Engagement Fund et Thomas Streiff, responsable du Guilé Engagement Team de la Fondation Guilé ont évoqué avec Albert Baehny et Roland Hoegger, responsable «Environment & Sustainability» de Geberit, l’impact des paramètres Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur le modèle d’affaires de l’entreprise. 

La valeur ajoutée de ses réunions conduites depuis 2006 est avérée, malgré un certain coût pour l’entreprise ainsi que pour le fonds. Les trois fonds Cadmos existants, qui appliquent tous la stratégie Buy & Care® de PPT, surperforment en effet leurs indices de référence. Après seulement 17 mois d’historique, le Cadmos Swiss Engagement Fund affiche déjà une surperformance notable de plus de 3,6% par rapport au Swiss Leaders Index (Dividendes réinvestis). 

Mais quel est l’intérêt pour Geberit de consacrer, pour la 4e année consécutive, plusieurs heures de ses principaux dirigeants à discuter avec des fonds d’investissement? C’est à cette question qu’Albert Baehny a souhaité répondre, afin d’encourager les investisseurs à adopter un horizon temps plus long: «Il faut laisser le temps nécessaire pour appliquer une stratégie de croissance. En cela, je salue le mode opératoire des fonds d’engagement Cadmos, plus respectueux des entrepreneurs grâce au dialogue actionnarial qui permet un échange plus concret». 

Thomas Streiff, explicite ainsi la valeur ajoutée du dialogue actionnarial pour les entreprises : «Nous tendons un miroir à l’entreprise et la comparons aux meilleures pratiques internationales en termes d’exhaustivités et de qualité de sa communication ESG. Les entreprises performantes sont à l’écoute du feed-back de leurs investisseurs qu’elles souhaitent fidéliser. A l’instar de la loyauté de leurs clients et de leurs employés, elles espèrent également renforcer la loyauté de leurs investisseurs. Les motivations financières sont les mêmes et facilitent la mise en œuvre d’une stratégie à long-terme.» 

Promoteur des fonds d’engagement Cadmos, de Pury Pictet Turrettini & Cie (PPT) a simultanément publié ses rapports d’activités 2014-2015, les premiers en Suisse à se conformer à l’esprit de l’initiative Minder. Tant les performances financières, les résultats du vote que les impacts de l’engagement y sont détaillées sur plus de 100 pages. Après une année d’activité, 70% des entreprises du Cadmos Swiss Engagement Fund dialoguent déjà avec Guilé (90% pour le Cadmos Europe et 65% pour le Cadmos Emerging Markets). Encore plus remarquable, pas moins de 27% des entreprises pour la Suisse, 95% pour l’Europe et même 41% pour les pays émergents approuvent des objectifs de progrès précis ou qui montrent des améliorations sur un point faible. Ces résultats sont commentés en toute transparence, aussi bien les «success stories» tangibles, notamment avec Novartis, Danone, Publicis ou China Mobile, mais également les entreprises qui, pour l’instant, n’ont pas souhaité engager le dialogue. 

«C’est principalement l’expertise des interlocuteurs qui encouragent les entreprises à discuter d’année en année avec les fonds Cadmos. Il s’agit en effet de réunions tripartites entre l’entreprise, d’une part, le gérant du fonds et un expert du Guilé Engagement Team, d’autre part. Les gérants des fonds d’engagement Cadmos investissent tous depuis plus de 15 ans dans le même marché et dans un nombre limité d’entreprises qu’ils souhaitent toujours mieux connaître», explique Melchior de Muralt, associé de PPT. 

Alexandre Stucki, gérant du Cadmos Swiss Engagement Fund, confirme: «Je suis notamment intéressés à mieux comprendre la pérennité du modèle d’affaires des entreprises. A mieux évaluer leur exposition aux enjeux ESG financièrement matériels. Le dialogue est toujours précédé par une analyse effectuée par la Fondation Guilé selon les 10 principes du Global Compact des Nations Unies (UNGC). Le mémorandum of understanding signé entre la Fondation Guilé et l’UNGC permet ainsi à Guilé d’offrir une analyse critique des performances de l’entreprise, structurée selon le contenu de la plus grande initiative mondiale de responsabilité sociale des entreprises.»  

Pour Dominique Habegger, responsable des fonds d’engagement Cadmos: «Les gérants des fonds Cadmos sélectionnent précisément les entreprises profitables et de qualité qu’ils maintiennent plus longtemps en portefeuille. Par exemple, 80% des entreprises du Cadmos European Engagement Fund sont toujours en portefeuille depuis 2009. Les fonds se positionnent de ce point de vue à contre-courant de la gestion active traditionnelle, qui selon une étude récente de Mercer, maintient une société en moyenne 18 mois dans un portefeuille. Cette approche d’investissement Buy & Care® développée par PPT, montre la pertinence d’un engagement actionnarial (vote en dialogue) et son impact concret sur la stratégie des entreprises. Elle prouve également qu’une approche responsable de l’investissement permet de surperformer une gestion passive.»

Contact

  • de Pury Pictet Turrettini & Cie SA
  • Rue de la Corraterie 12
  • CH – 1204 Genève
  • T. +41 22 317 00 30
  • F: +41 22 317 00 33
  • contact@ppt.ch